Cure Oreille : Soins des oreilles et romance japonaise

cure oreille

Oubliez les câlins et les baisers. Fini les bonbons, les fleurs et les bagues. Si vous voulez vraiment exprimer votre amour pour quelqu’un, nettoyez ses oreilles.

Une histoire d’amour façon mimi – souji ?

Vous l’avez peut-être déjà vue dans des dessins animés, des mangas, des drames ou encore dans des films. Ou peut-être même que vous faites partie des (mal)chanceux qui l’ont vécue personnellement. Au Japon, c’est une pratique courante : un homme heureux est un homme qui pose sa tête sur les genoux de sa femme, qui lui enlèvera l’excès de cérumen à l’aide d’un outil long et pointu (appelé mimikakiou cure oreilles).

C’est tellement romantique !

Néanmoins, le soin des oreilles, ou mimi souji 耳掃除 n’est pas limité aux aspects romantiques. Les membres de la famille peuvent également participer. Hitome Kobayashi, professeur d’oto-rhino-laryngologie agrégé à la Faculté de médecine de l’Université Showa, a déclaré ceci : “De nombreux Japonais ont grandi en se faisant nettoyer les oreilles par leur mère et associent cette pratique à un agréable sentiment de proximité maternelle”.

Comment une routine de nettoyage aussi rudimentaire en est-elle venue à incarner l’intimité ? Il existe peu de zones aussi importantes et pourtant aussi vulnérables que l’oreille humaine. Un simple changement de pression pendant un voyage en avion peut rompre le si délicat tympan humain. Il n’est donc pas étonnant qu’il faille éviter tout contact physique avec les organes de l’oreille. Heureusement, ils se trouvent tout au fond de notre tête, protégés par l’oreille externe, le pavillon auriculaire ainsi que le conduit auditif (qui est parfois recouvert de poils).

Vous ne laisseriez pas un inconnues des rues fourrer son nez dans vos oreilles, n’est-ce pas ? Bien sûr que non. Seules les personnes les plus fiables devraient avoir accès à cette zone vitale et si vulnérable – surtout lorsqu’il s’agit d’objets longs et pointus. Dans un monde idéal, personne ne serait plus digne de confiance que ses parents ou son(ses) partenaire(s). Le soin des oreilles comme symbole d’amour est donc tout à fait sensé.

Ou bien un film d’horreur ?

Cependant, cette scène peut sembler sortir tout droit d’un film d’horreur aux yeux d’une personne (non) initiée. En effet, les outils de nettoyage des oreilles que sont les cures oreilles ressemblent au mieux à des instruments de dentiste, et au pire à des instruments de torture médiévaux. Quand j’y ai assisté pour la première fois, mes muscles se sont crispés puis j’ai eu des sueurs froides ! Je ne pouvais pas m’empêcher de penser qu’un seul petit dérapage causerait des dommages considérables.

Et je n’étais pas le seul Occidental inquiet. Andrew R, de la préfecture d’Oita, a écrit ce qui suit en parlant du choc culturel qu’il a vécu : ” Imaginez mon effroi quand je suis rentré un soir à la maison et que j’ai trouvé ma femme japonaise penchée sur notre petit fils, prête à lui enfoncer un bâton pointu dans l’oreille !

Par conséquent, si l’acte semble (et est) dangereux, pourquoi le faire ? Personnellement, j’utilise un simple coton-tige ou bien une lingette sur le doigt pour nettoyer mes oreilles. Tous ces outils sont-ils vraiment nécessaires ?

Il s’avère qu’ils pourraient l’être – car tous les cérumens ne sont pas identiques.

Nomenclature du cérumen

Il existe deux types courants de cérumen. Et ce sont les gènes qui déterminent le type de cérumen que vous avez, bien que vos origines ethniques y soient aussi pour quelque chose.

Erika Engelhaupt de sciencenews.org a présenté un rapport sur la recherche effectuée au Monell Chemical Senses Center à Philadelphie concernant le cérumen. “Nous pourrions obtenir des informations sur l’ethnicité d’une personne simplement en regardant dans ses oreilles”, disait la chimiste Katharine Prokop-Prigge. “Si vous êtes une personne de couleur blanche ou noire, votre cérumen est probablement jaunâtre et collant. Pour les personnes d’origine asiatique ou amérindienne, il est plutôt blanchâtre et sec.”

Il semble que le type de cérumen ainsi que l’odeur émanant des aisselles aient un lien commun. “Quant à nos différentes odeurs d’oreille, elles sont dues à un petit changement … un petit changement qui a longtemps protégé la population d’Asie de l’Est contre les aisselles malodorantes et le cérumen collant.”

Pourquoi étudier le cérumen ? Les chercheurs espèrent pouvoir développer un test de cérumen semblable aux analyses de sang ou d’urine, qui indiquerait les problèmes de santé que pourrait avoir un patient.

La compréhension des types de cérumen nous permet de comprendre les différences entre les différentes cultures de nettoyage des oreilles. Bien que mon cérumen collant adhère à un coton-tige ou à une lingette, le cérumen de type ” sec et floconneux “, courant chez les Japonais, n’y adhère pas. C’est la raison pour laquelle les mimikaki et autres outils sont nécessaires pour extraire le cérumen sec et floconneux. Et compte tenu des outils utilisés, il semble plus sûr d’avoir un partenaire que de se lancer seul.

Les outils mimikaki utilisés

Au Japon, peu importe le raisonnement, lorsqu’il s’agit de nettoyer les oreilles, un simple coton-tige ne suffit pas. Les louches, les boucles, les rondelles, les aiguilles et les cure-oreilles jalonnent les rayons des magasins de produits hygiéniques. Les outils de nettoyage des oreilles, ou mimikaki 耳かき sont disponibles dans des modèles en plastique, en bois, et même en argent ou encore en or.

Certains mimikaki sont dotés de boules à l’extrémité pour faciliter l’extraction du cérumen ou pour éviter de frotter. D’autres modèles possèdent des protecteurs pour empêcher les aiguilles tenues par des mains instables de pénétrer trop profondément.

Les modèles les plus sophistiqués sont équipés de lumières LED pour éclairer le conduit auditif, ce qui facilite grandement la visibilité. Pour plus de style, certains modèles sont même dotés de figurines. Ainsi, les fans d’Hello Kitty, par exemple, peuvent se faire plaisir en se nettoyant les oreilles avec un mimikaki officiel Kitty-chan.

Les personnes célibataires n’ont pas à s’inquiéter. Ce n’est pas parce que votre vie amoureuse en pâtit que vos oreilles doivent subir le même sort. Daniel Krieger de TravelCNN a relaté ceci : “Quand le gouvernement japonais a rendu les licences médicales non obligatoires pour le nettoyage des oreilles, un nouveau type de commerce a vu le jour à Tokyo et dans d’autres grandes villes du Japon : les salons de nettoyage des oreilles. Ils se comptent aujourd’hui par centaines.” M. Krieger a acheté l’hospitalité d’une “jeune femme vêtue d’un kimono” qui lui a offert du thé, engagé une conversation puis nettoyé les oreilles en toute intimité pour environ 30 $.

Les femmes ayant un excès de cérumen n’ont pas à s’inquiéter. “Bien que la plupart des salons de nettoyage des oreilles japonais s’adressent davantage aux hommes qui aspirent à la tendresse maternelle de leur enfance, des salons destinés aux femmes ont fait leur apparition “, a précisé M. Krieger.

Et si votre amour pour le mimi-souji est devenu une véritable obsession, il existe des salons qui sauront répondre à vos besoins. Selon The Australian, les employées d’un salon appelé Tenshi no Tobira (Angel Gateway) “font un travail qui oscille entre esthéticienne, fantasme sexuel inaccessible et psychothérapeute.” Dans ces “bars à hôtesses traditionnelles en version discount”, un membre mignon du sexe opposé nettoie les oreilles des clients tout en leur offrant une conversation agréable et, selon un reportage de l’AFP News, leur souffle dans les oreilles.

Quelques salons de soins des oreilles proposent des services de nettoyage encore plus complets et moins innocents. Selon The Tokyo Reporter, “le Mimi Kaki Club a facturé un montant exorbitant de 20 000 yens (environ 200 dollars) pour une séance de 60 minutes, dont seules les 10 premières minutes ont consisté à se rincer les oreilles”. Si vous avez du mal à imaginer ce qui se passe lors d’un mimi-souji, prenez le temps de lire l’article, mais soyez avertis qu’il inclut un langage adulte à forte connotation sexuelle. Et rappelez-vous que ce type de mimi-souji est l’exception, pas la règle.

En revanche, même la technologie améliorée en matière de nettoyage d’oreilles ainsi que les travailleurs solidement établis ne peuvent pas cacher la vérité – la plupart des experts s’accordent à dire que le nettoyage des oreilles n’est pas nécessaire.

Un argument solide contre le nettoyage des oreilles 

Qu’il soit humide ou sec, le cérumen joue un rôle important. Alice Gordenker a expliqué que “le cérumen est là pour protéger la peau du canal auditif et empêcher les choses que vous ne voudriez pas avoir dans votre oreille d’y pénétrer, notamment les bactéries, l’eau ou encore les insectes”.

Le docteur Timothy C. Hain de american-hearing.org est du même avis : “Il faut savoir que le cérumen n’est pas si mauvais que ça. Il garde votre oreille au sec et aide à prévenir les infections. Pour cette raison, vous ne devriez pas éliminer le cérumen.”

Peut-être que mes yeux ne m’ont pas trompé. Peut-être devrions-nous tous nous crisper à l’idée d’enlever le cérumen – que ce soit avec un mimikaki, un doigt, un coton-tige, une aiguille, un râteau ou une pelle. L’acte en lui-même semble dangereux parce qu’il l’est réellement. Même le coton-tige d’apparence innocente cause son lot de blessures. Rose Eveleth du Smithsonian Magazine explique ceci : “Enlever soi-même le cérumen peut être dangereux … Des milliers de personnes vont à l’hôpital chaque année à cause de ces maudits cotons-tiges.”

Il faut savoir que les oreilles sont autonettoyantes de par leur conception. Ross Pomeroy de RealClearScience explique que “L’excès de cérumen tombe de l’oreille sans que nous le remarquions”. Et une grande partie se produit pendant que nous mangeons. Le mouvement de la mâchoire fait sortir le cérumen du conduit auditif. Avec le cérumen viennent les particules ou la saleté qui obstruaient l’audition.”

Mais qu’en est-il de l’accumulation de cérumen ? Certaines situations exigent certainement l’élimination physique du cérumen, n’est-ce pas ? Le professeur Kobayashi estime que “le cérumen doit parfois être extrait, et doit toujours l’être par un professionnel de la santé.”

“Si une personne ressent des symptômes tels que des douleurs, des sécrétions, un sentiment de plénitude ou une perte d’audition, elle doit consulter un médecin ayant une formation et des outils spécifiques”, a ainsi conclu le professeur Kobayashi.

Vous êtes heureux de me lire, ou est-ce dû ànl’excès de cérumen dans vos oreilles ?

“Souvenez-vous de ne jamais mettre quelque chose de plus petit que votre coude dans vos oreilles”, a dit un jour un de mes professeurs d’école primaire.

“Mon coude est trop gros pour rentrer dans mon oreille !” a crié un camarade de classe.

“Exactement !” a-t-il répondu avec le sourire. Bien que je n’aie pas réussi à approcher mon coude de mon oreille pour essayer, le professeur avait fait valoir son point de vue – ne vous enfoncez rien dans les oreilles.

Et les professionnels de la santé sont d’accord, il n’est pas nécessaire de se nettoyer les oreilles et cela fait souvent plus de mal que de bien. L’auto-nettoyage peut entraîner une accumulation plus profonde de cérumen, des infections et des dommages à l’oreille interne. Il faut savoir que grâce à des mécanismes naturels, les oreilles se nettoient d’elles-mêmes. Alors, le jeu en vaut-il vraiment la chandelle ?

Certaines personnes le pensent. Dans de nombreux pays, le nettoyage des oreilles est devenu un rituel hygiénique. C’est particulièrement vrai au Japon, un pays dont la culture s’enorgueillit de sa propreté. Mais le mimi souji l’emporte sur l’hygiène. Beaucoup considèrent cet acte comme une expérience agréable et réconfortante qui incarne amour et confiance.

Mii-chan, une femme travaillant dans un salon de nettoyage des oreilles a ainsi conclu : “L’oreille est une zone très sensible et, lorsque quelqu’un la nettoie, on se sent aimé”.

source : https://www.tofugu.com/japan/mimikaki/
 

Laisser un commentaire