Tout savoir sur le recyclage des vêtements

Le recyclage des vêtements et la slowfashion

L’industrie de la mode est la deuxième filière la plus polluante au monde après l’industrie pétrolière. Et pour cause, chaque année, nous consommons plus de 100 milliards de vêtements dans le monde. Malheureusement, cette course effrénée de la mode a un coût environnemental et social très important. Au-delà de raisonner notre consommation, on peut également avoir un impact positif en offrant une seconde vie aux vêtements dont on veut se débarrasser. Éco & Moi vous dit tout.

Une industrie très polluante

Avant même de se retrouver dans nos placards, le textile et sa production engendrent de nombreux problèmes écologiques et sociaux. Utilisation de produits chimiques pour la production des matières premières comme le coton ou le polyester, production de déchets, consommation d’eau et d’énergie, transport depuis l’autre bout de la planète, conditions de travail plus ou moins douteuses… Les conséquences de la mode ne peuvent plus être ignorées. D’ailleurs, cette industrie représente à elle seule 20 % de la production d’eaux usées et 10 % des émissions de carbone…

En plus de cela, cette recherche permanente de nouveauté de la part des marques, plus connue sous le nom de « fast fashion », ne permet plus d’offrir une vraie seconde vie aux vêtements car ils ne sont plus d’assez bonne qualité. Ils finissent alors bien souvent brûlés ou effilochés… Un coût pour la planète bien élevé pour des prix toujours plus bas…

En quoi consiste le recyclage des vêtements ?

Bien qu’il pourrait toujours être amélioré, le recyclage des vêtements ou TLC (Textiles, linges et chaussures) est assez bien valorisé. En 2018, 239 000 tonnes de vêtements ont été collectés pour être recyclés, 58,5 % d’entre eux ont pu être réutilisés tel quel et 41 % sont revalorisés en tant que matière d’effilochages pour des rembourrages divers par exemple, transformés en combustibles solides ou tout simplement en chiffons.

Mais concrètement quelle seconde vie pouvons-nous donner à nos vêtements ?

Il existe différents canaux pour recycler les vêtements :

– Les déposer dans un collecteur ou les donner à des associations comme La Croix Rouge, le Secours Populaire ou Emmaüs. Ainsi, ils pourront être redistribués aux personnes en situation de précarité, revendus aux profits d’association ou encore exportés vers des pays en développement. Bien que soumis à quelques polémiques régulièrement, ce dernier point représente 50% du recyclage des vêtements collectés.

– Les vendre en ligne sur Le Bon Coin, Ebay, Vestiaire Collective, Vinted ou lors de brocantes et vide-dressing…

– Pratiquer le troc

– Les confier à des recycleries (ou ressourceries) qui vont s’en servir pour une toute autre utilité, particulièrement s’ils sont abîmés : création de chiffons, d’œuvres d’art, de pièces décoratives…

– Les confier à des spécialistes de l’upcycling qui vont les ré-utiliser pour faire de nouvelles créations à l’instar des marques comme Les Chaussettes Orphelines, Les Récupérables encore Les Résilientes, le studio de création d’Emmaüs.

– Certaines boutiques et grandes enseignes proposent toute l’année ou ponctuellement de récupérer vos vieux vêtements. Une démarche intéressante si elle n’était pas récompensée par un bon d’achat, qui encourage donc à consommer encore plus…

En avant pour la slow-fashion !

Écran de fumée ou non, de plus en plus d’entreprises de mode s’engagent pour une mode plus responsable, connue sous le nom de « slow-fashion ». Elles prônent alors l’utilisation de matière bio et/ou moins gourmandes en eau et énergie et des conceptions plus propres avec la réduction de produits chimiques pour délaver les vêtements par exemple. En parallèle, elles tentent également d’adopter une meilleure politique sociale pour leurs employés et leurs sous-traitants et de ralentir leur rythme de production afin de limiter les vêtements jetés… Mais, la prise de conscience doit aussi passer par les consommateurs.

Les bonnes pratiques slow à adopter

En France, 2,6 milliards de textiles sont mis chaque année sur le marché, soit une consommation de 9,5 kilos par an et par Français. Pour réduire notre empreinte, il est possible d’adopter des bons réflexes, car, comme on ne le répètera jamais assez, le meilleur déchet est celui que l’on ne produit pas…

  • Trier nos affaires régulièrement
  • Faire le point sur nos besoins
  • Réparer les pièces abimées
  • Acheter moins, éviter les achats compulsifs (non, vous n’avez pas besoin d’une septième marinière dans votre dressing)
  • Acheter mieux, adopter les bons basiques : des vêtements conçus en matières bio, de fabrication locale ou réalisés par des marques engagées.
  • Privilégier la seconde main, comme les friperies, vide-dressing, appli de vente ligne, mais de manière raisonnée et responsable, sans succomber à la frénésie.

Vous voulez en savoir plus sur le recyclage en général ? Nous avons consacré un dossier complet sur le recyclage sous toutes ses formes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *