Syndrome du choc toxique – Tout savoir

Le tampon, une des cause du Syndrome du choc toxique

Le syndrome du choc toxique est principalement une maladie qui touche les femmes en période de menstruation et qui utilisent des tampons. Mais il a également été lié à l’utilisation d’éponges contraceptives, de diaphragmes et de cup menstruelles.

Qu’est-ce que le syndrome de choc toxique ?

Le syndrome du choc toxique est une affection soudaine et potentiellement mortelle. Il est causé par la libération de toxines provenant d’un accroissement de bactéries appelées Staphylococcus aureus, ou staphylocoque, que l’on trouve dans le corps de nombreuses femmes. Cette bactérie produit des toxines TSST-1 qui « empoisonnent » les corps via le sang.

 Le syndrome du choc toxique touche les femmes en période de menstruation, en particulier celles qui utilisent des tampons super-absorbants. Le corps réagit par une forte baisse de la pression sanguine qui prive les organes d’oxygène et peut entraîner la mort.

Maladie revenue dans l’actualité grâce à l’ancienne mannequin Lauren Wasser. Victime d’un violent SCT en 2012 après avoir simplement mis un tampon, elle sera amputée des deux jambes afin de lui sauver la vie. Elle milite désormais activement pour la prévention et la sensibilisation au SCT, en montrant ses prothèses et en parlant de son histoire lors de campagnes publicitaires.

Une femme qui vient d’accoucher est également particulièrement exposée à un choc toxique. Le syndrome du choc toxique peut toucher tout le monde, y compris les hommes, les enfants et les femmes après la ménopause. Les facteurs de risque comprennent les blessures cutanées, la chirurgie, une brûlure, une blessure ouverte ou l’utilisation d’une prothèse.

Plus d’un tiers de tous les cas de choc toxique concernent des femmes de moins de 19 ans, et jusqu’à 30 % des femmes qui ont eu la maladie l’auront à nouveau. Si vous avez déjà eu un choc toxique, vous devez en surveiller les symptômes afin de pouvoir obtenir des soins médicaux immédiats.

Les personnes qui meurent d’un choc toxique décèdent du fait de la réaction du corps aux toxines libérées par les bactéries staphylococciques. La plupart des gens souffrent d’un choc hypotensif, dans lequel le cœur et les poumons cessent de fonctionner.

Causes du syndrome de choc toxique

Le syndrome du choc toxique est causé par un poison produit par la bactérie Staphylococcus aureus. Cette bactérie est l’une des nombreuses bactéries staphylococciques qui provoquent des infections cutanées chez les grands brûlés et les patients hospitalisés ayant subi une intervention chirurgicale.

Le staphylocoque est normalement – et inoffensif – présent dans le vagin. Les médecins ne savent pas expliquer comment il peut provoquer le choc toxique. Mais ils ont pu constatés deux conditions sont nécessaires :

Premièrement, les bactéries ont besoin d’un environnement dans lequel elles peuvent se développer rapidement et libérer des poisons, les toxines TSST-1. Ensuite, ces mêmes toxines doivent entrer dans le sang.

Un tampon gorgé de sang est un lieu propice à la croissance rapide des bactéries. La composition du tampon semble également avoir de l’importance. La mousse de polyester offre un meilleur environnement pour la croissance des bactéries que les fibres de textile.

La manière dont le poison bactérien pénètre dans le sang peut également être liée à l’utilisation de tampons. Le fait de glisser un tampon en place pourrait provoquer des déchirures microscopiques dans les parois vaginales, entraînant la rupture de minuscules vaisseaux sanguins. Laisser un tampon super-absorbant trop longtemps ou l’utiliser lorsque votre flux est faible peut assécher votre vagin. Cela rend les déchirures encore plus probables.

Les chercheurs qui étudient les causes du syndrome de choc toxique ont exclu les déodorants féminins en aérosol et les douches, les sous-vêtements et autres vêtements. Cette affection n’est pas non plus liée à vos antécédents menstruels, à votre consommation de drogue ou d’alcool, à la cigarette, à la natation ou au bain, ou à votre activité sexuelle.

Quels sont les symptômes du syndrome de choc toxique ?

Les premiers symptômes du SCT sont comparables à ceux d’une grippe. Voici quelques signes à surveiller :

  • Une forte fièvre (39-40°) qui monte soudainement en flèche
  • L’hypotension artérielle
  • Vomissements ou avoir des selles fréquentes et liquides
  • Une éruption cutanée qui ressemble à un coup de soleil, surtout sur les paumes et la plante des pieds
  • Pertes de connaissance et des étourdissements
  • Douleurs musculaires
  • Maux de tête

Comment soigner le SCT ?

Si vous éprouvez les symptômes évoqués précédemment, retirez tampon ou cup menstruelle et allez consulter immédiatement un médecin. 

Le traitement du SCT se fait par intraveineuse et requiert une hospitalisation.

Prévention: Comment éviter le syndrome du choc toxique staphylococcique menstruel  ?

En 2018, Santé Publique France a publié un article sur le sujet donnant, en autre, des recommandations afin d’éviter cette maladie

  • Se laver les mains au savon avant de mettre ou de retirer un tampon ou une coupe menstruelle
  • Ne pas oublier d’enlever le tampon
  • Changer de tampon toutes les 4 à 8 heures
  • Privilégier des protections externes de type serviettes hygiéniques durant la nuit
  • Utiliser des tampons avec une faible absorption. Le risque est accru avec les tampons ultra absorbants. 

C’est une affection menstruelle rare, mais qui nécessite une prise en charge rapide.

Sources: chu-lyon.fr / Wikipédia